Présentation

« L’Ecole Pratique d’Agriculture Liweitari », en bref : EPAL, est un sous-projet du centre de formation CFL au nord de Bénin. L’école d’agriculture biologique EPAL a été crée en 2018 par le fondateur du CFL, le Suisse Heinrich Roth, pour assurer un approvisionnement alimentaire stabile et équilibré à long terme au Bénin et de renforcer les réserves naturelles d’eau malgré une population en forte croissance dans un contexte de changement climatique. Ainsi, le programme n’est pas seulement une éducation, mais sert également à assurer les bases de l’existence humaine.

Amélioration de la situation alimentaire

La formation à l’EPAL vise à améliorer la production alimentaire dans tout le pays. C’est pourquoi, additionnellement à l’agriculture biologique, la protection des réserves forestiers et l’élévation du niveau des eaux souterraines constituent également une préoccupation majeure. L’agriculture écologique préserve les ressources naturelles et augmente le rendement des cultures. En plus, diverses mesures de renaturation sur un site de 60 hectares à environ 3 km du CFL permettent de garantir l’approvisionnement en eau potable.

Formations

L’EPAL a démarré ses activités en 2018 avec des formations de 3-4 jours qui ont été effectuées pendant quelques mois dans différents villages. Aujourd’hui encore, ces séminaires sont offert en complément de la formation de 18 mois. L’objectif est de former le plus grand nombre possible de multiplicateurs afin d’améliorer rapidement la production alimentaire et d’informer les gens sur l’importance de préserver les ressources naturelles.

Recherche

A l’EPAL, la recherche joue un rôle central. En respectant les dernières découvertes scientifiques, le terrain à côté du CFL est principalement utilisée pour mener des essais avec des plantes résistantes aux parasites et pour tester des nouvelles variétés sur de petites parcelles. Également, les pesticides biologique, produit à l’EPAL, sont testés. Des registres détaillés sont tenus sur les résultats de la culture et toutes les expériences sont intégrées dans la culture suivante, de sorte que les espèces végétales et la période de la culture sont continuellement optimisés.

Conservation et consommation des aliments

Afin de fournir la population à long terme avec de la nourriture pendant toute l’année et aussi pendant les temps de crise, un axe essentiel de l’EPAL est la conservation des aliments. Les apprentis sont enseignés dans plusieurs méthodes pour conserver les aliments. L’EPAL produit lui-même des jus et des confitures avec les fruits récoltés. En plus, des tranches de fruits sont séchés. Certains de produits qui en résultent sont vendus sur le marché. Cependant, les plantes utiles, en particulier les aliments de base tels que le maïs, le riz et les légumes sont généralement utilisés dans la cuisine du CFL. Pour la culture de ces aliments, le terrain principalement utilisé est la ferme de 60 hectares où se déroule le projet de renaturation (voir ci-dessous) qui se trouve à une distance d’environ 3 km du CFL et de l’EPAL. L’objectif est que le CFL soit complètement autonome concernant la provision de nourriture sans devoir acheter des aliments à l’extérieur.

Formation à l'EPAL

L’EPAL, en tant que partie du CFL, forme les jeunes (la majorité des apprentis a entre 16 et 25 ans) à l’agriculture biologique. En plus de la culture écologique des plantes utiles, la conservation des aliments joue également un rôle important dans la formation. Additionnellement, des formations de 3 à 4 jours sont offertes dans des villages. La première année scolaire pour la formation de 18 mois a commencé en octobre 2019.
Suivant les principes du programme « Farming God’s Way », on montre aux apprentis comment améliorer le rendement de la récolte et préserver à long terme la fertilité des sols en utilisant des méthodes biologiques pour l’agriculture. L’application cohérente des méthodes enseignées promet une augmentation significative du volume des récoltes et une amélioration massive et à long terme de la fertilité des sols. Aucun produit chimique n’est utilisé, mais uniquement des engrais purement naturels. Par conséquent, la production correcte d’un compost fertilisant est un point central de la formation. En outre, une attention particulière est accordée à la culture des champs en alternance avec différentes plantes, de sorte que tous les minéraux ne sont pas extraits du sol, mais on laisse le temps à la régénération. Le sol est également recouvert constamment afin qu’il ne se dessèche pas pendant la longue saison sèche d’octobre à avril et ne perde donc pas sa fertilité. Les résultats de la culture sont enregistrés en détail et toutes les expériences sont intégrées dans la culture suivante. En plus, Les apprentis reçoivent un aperçu du programme de renaturation (voir ci-dessous), qui vise à protéger la forêt et à élever le niveau des eaux souterraines.

La façon enseignée pour cultiver les sols écologiquement et les mesures de renaturation sont importantes pour augmenter les réserves d’eaux existantes et la fertilité des sols, afin que la population croissante de Bénin soie fournie à long terme avec une provision sûre en eau potable et en nourriture.

Projet de renaturation

Introduction

Depuis le début de l’année 2020 un projet de renaturation sur un terrain de 60 hectares est effectué dans le cadre de la formation de l’EPAL. Le but est d’augmenter le niveau des eaux souterraines avec des mesures appropriées afin de soulager la situation précaire de l’approvisionnement en eau.

Situation initiale

Malgré de fortes précipitations d’environ 1.000 mm par mètre carré pendant la saison pluvieuse, le sol s’assèche complètement en de nombreux endroits pendant la saison sèche d’octobre à avril. Ainsi, la plus grande partie de l’eau de pluie s’écoule sans pénétrer dans le sol. Par conséquence, non seulement le niveau des eaux souterraines baisse de façon grave, mais la fertilité des sols touchés en souffre également.

Réalisation

Sur le terrain de projet de 60 hectares, appelé « Kuyie nko menie », plusieurs petits et grands barrages soient construits. Ceux-ci sont adaptés au terrain d’une manière naturelle. En plus, le reboisement intensif est fait avec des espèces d’arbre locales.
La réalisation de ce projet de renaturation se déroule en plusieurs étapes. En commençant dans la vallée et en remontant vers le haut, un grand nombre de barrages naturels de différentes tailles seront construits pas à pas. Les lacs et les étangs qui en résulteront resteront interconnectés. Pour la construction des barrages, un fossé est d’abord creusé jusqu’à la dense couche d’argile. Celle-ci est ensuite remplie de terre argileuse provenant de l’excavation au bord du lac, compactée et remplie des deux côtés avec de la terre. La largeur de la couronne dépend à la hauteur de barrage et sera entre 3 et 4 mètres.
Lors de la mise en œuvre, aucune machine n’est utilisée, afin d’offrir du travail au plus grand nombre possible de locaux et de transmettre le savoir-faire de cette méthode à d’autres endroits. En raison de la grande quantité de travail que cela implique, non seulement des apprentis et les employés du centre effectuent les tâches, mais des travailleurs locaux supplémentaires sont également employés.

Effets

Grâce aux mesures susmentionnées c’est garanti que le ruisseau sur le site transportera de l’eau pendant toute l’année. En outre, le niveau des eaux souterraines dans la région sera considérablement relevé, car l’eau de pluie pourra à nouveau pénétrer dans le sol. Ainsi, il y a plus d’eau disponible toute l’année, même pendant la saison sèche.
En plus, la pisciculture sera possible dans les étangs et les champs environnants peuvent être utilisés comme terres agricoles de valeur pour cultiver divers arbres fruitiers et des plantes utiles. L’eau supplémentaire disponible peut être utilisée pour l’irrigation des champs déjà existants. Ainsi, le projet contribue à la sécurité alimentaire et surtout à une alimentation plus équilibrée.
Un autre effet positif est que l’approvisionnement permanent en eau permet d‘utiliser l’eau de ruisseau pour des autres fins. Ainsi, la partie inférieure du ruisseau peut être utilisé par la population pendant toute la saison sèche, p.ex. pour faire la lessive.
Le plan de réaliser le projet entier complètement en comptant sur le travail humain et sans l’utilisation de machines apporte aussi un avantage supplémentaire à la population locale. De cette façon, beaucoup d’habitants trouvent du travail et peuvent nourrir leurs familles avec le salaire. En plus, les connaissances et le savoir comment réaliser l’élévation du niveau des eaux souterraines sont transmises et peuvent être utilisées tout aussi avantageusement dans d’autres endroits.

Le résumé des avantages du projet :

  1. Elévation significative du niveau des eaux souterraines
  2. Pisciculture dans les étangs
  3. Utilisation des terrains environnants comme champs agricoles
  4. Cultivation d’arbres fruitiers et de plantes utiles
  5. Plus de l’eau pour l’irrigation des champs existants
  6. La partie inférieure du ruisseau peut être utilisée pendant toute l’année­
  7. Des revenus financiers pour de nombreux ouvriers locaux
  8. Communiquer l’importance d’une utilisation prudente des ressources naturelles et le savoir-faire comment mise en œuvre la protection de la nature

Impressions

Formation à l’EPAL

Projet de renaturation